MARIA MARAIS
Ostéopathe à Asnières-sur-Oise
 
9 Hameau du Beau Jay, 95270 Belloy-en-France
 
Disponible aujourd'hui de 10h à 13h et de 14h à 18h
 
06 37 17 86 61
MARIA MARAIS

Tout sur les allergies saisonnières

C'est quoi une allergie saisonnière?

Nous arrivons à une période où la luminosité du jour se faire ressentir de plus en plus, mais également les premiers bourgeons dans les arbres commencent à apparaître et avec eux, l'annonce d'un printemps qui s'approche accompagné de nos allergies saisonnières.

Dans notre quotidien nous sommes en contact perpétuel avec des ennemis extérieurs : microbes, virus, bactéries. Pour les combattre, notre corps dispose d’une arme puissante :

le système immunitaire (voir article sur mon blog : https://www.maria-marais.fr/blog/articles/vitamine-d-et-immunite )

L’allergie (également appelée rhinite allergique ) est une défaillance de ce système : au lieu de nous défendre contre une agression réelle, il en fait trop et se met à réagir contre des substances étrangères (allergènes) normalement inoffensives (pollens, poussière, aliment,…). Cette réaction se traduit notamment par une production d’anticorps spécifiques de l’allergie – les IgE (Immunoglobulines E).

Par conséquent, les individus allergiques produisent de grandes quantités d’anticorps IgE en réponse à une invasion des allergènes.

Le développement d’une allergie implique une phase de sensibilisation et une phase de réaction.

  • Lorsque l’allergène entre en contact pour la première fois avec l’organisme, ce dernier reconnaît cette substance comme étant un corps étranger et produit des anticorps spécifiques pour lutter contre elle. Les anticorps sont des immunoglobulines de type E appelés communément IgE. Ces IgE, transportées par le sang, vont se fixer sur des cellules appelées mastocytes siégeant au niveau de la peau et des muqueuses (localisation où les allergènes sont susceptibles de pénétrer). Cette période de sensibilisation ne s’accompagne d’aucun symptôme et sa durée est variable.
  • La phase de réaction allergique a lieu au deuxième contact entre l’allergène et l’organisme. L’allergène va se fixer sur les IgE présentes à la surface des mastocytes, provoquant l’activation des mastocytes. Cela va provoquer une réaction inflammatoire due à la libération de l’histamine et de médiateurs de l’inflammation.

 

Quels sont les symptômes de ces allergies et comment les reconnaître d'un rhume?

Il est quelquefois difficile de différencier les allergies d’un simple rhume, car ils ont certains symptômes en commun, comme l’écoulement nasal, les éternuements, la toux et la congestion nasale. En cas d’allergie, l’écoulement nasal prend la forme de sécrétions fluides, claires et abondantes.

Les sécrétions du rhume sont parfois plus épaisses et colorées. Les deux peuvent causer des maux de tête, de la fatigue, une altération de l’état général et de l’insomnie.

Voici quelques symptômes très typiques des allergies saisonnières : 

  • larmoiement abondant;
  • sensation de démangeaison, parfois importante, aux yeux, au nez, à la gorge, aux oreilles ou au palais;
  • éternuements répétitifs;
  • rougeurs des yeux;
  • gonflement des paupières.

Notons que la rhinite allergique ne provoque généralement pas de maux de gorge ni de fièvre. De plus, elle perdure généralement au-delà de 10 jours, contrairement au rhume. En cas de doute, mieux vaut consulter un médecin pour obtenir un diagnostic.

Quels sont les allergènes en cause?

Les allergènes extérieurs ou pollens :

Le pollen est cette poussière très fine libérée par les plantes dans l’atmosphère, pour permettre la fécondation. La pollinisation est le transport du grain de pollen, qui représente le spermatozoïde dans le règne végétal, sur le stigmate de la fleur femelle. Les grains de pollen sont transportés par les insectes (pollinisation entomophile) ou par le vent (pollinisation anémophile).

Il existe différents pollens :

  • Le pollen de bouleau est très allergisant sur les ¾ Nord de la France et très peu au Sud d’une ligne de Bordeaux-Grenoble.
  • Le pollen de Cyprès-Thuya a un potentiel allergisant plus important dans le quart Sud-Est de la France que dans les autres régions.
  • Les pollens analysés « urticacées » correspondent à des pollens de pariétaire dans le Sud de la France, il s’agit d’un pollen très allergisant. Sur le territoire français les pollens « d’urticacées » détectés correspondent à des pollens d’ortie dont le potentiel allergisant est réputé très faible.
  • Le pollen de pin, très largement diffusé sur de nombreuses régions n’a aucun potentiel allergisant.
  • Le pollen d’ambroisie que l’on retrouve dans la région Lyonnaise pour laquelle il représente un fléau pendant sa période de dissémination (15 août-15 septembre) et sur un axe Nevers-Montélimar, ne provoque aucun risque d’allergie sur les autres régions à cause de son absence.

La chaleur et l'humidité augmentent la dissémination, cependant, la sécheresse et le froid la diminuent.

Il existe 3 périodes polliniques:

  • Saison précoce : due essentiellement aux pollens d’arbres. Elle débute dès la fin de l’hiver pour se terminer au printemps. Dans le Midi méditerranéen, le cyprès démarre parfois en décembre. Des arbres tels que le bouleau, le peuplier, le frêne, sont responsables de nombreuses pollinoses.
  • La grande saison : due essentiellement aux pollens de graminées. Elle débute au printemps et se termine en été.
  • Saison tardive : estivo-automnale. Elle est due à des herbacées : avec l’ambroisie en particulier dans la région lyonnaise et la vallée du Rhône.

Quels sont les traitements qui permettent de diminuer les symptômes ?

Il existe une variété de médicaments et de produits accessibles en pharmacie peuvent maîtriser les symptômes de rhinite allergique, dont :

  • des antihistaminiques oraux;
  • des décongestionnants oraux ou topiques (en vaporisateur);
  • des gouttes pour les yeux;
  • des solutions salines pour irrigation nasale;
  • des corticostéroïdes nasaux en vaporisateur.

La plupart de ces produits sont offerts en vente libre, sur les tablettes ou après consultation avec le pharmacien. Certains nécessitent une ordonnance.

 

Mais aussi l'immunothérapie ou la désensibilisation

Les premiers traitements d’immunothérapie ont fait leur apparition au début des années 1900. Il s’agit d’une option thérapeutique à considérer pour le traitement des allergies respiratoires (pollens, acariens, chats, moisissures) qui peuvent causer des symptômes d’asthme et/ou rhinite.

L’immunothérapie pourrait aussi être utile pour la prévention du développement de nouvelles allergies environnementales, de même que de la progression de la rhinite vers l’asthme.

En quoi consiste l'immunothérapie?

L'immunothérapie consiste en l'administration sous-cutanée (injection) ou sublinguale d'une certaine quantité d'allergène causant problème. La quantité administrée augmente graduellement jusqu'à ce qu'une dose de maintien soit atteinte. La dose de maintien est la dose maximale que le patient recevra et c'est cette dose qui sera la plus efficace au traitement.

En exposant graduellement et régulièrement le système immunitaire à un allergène qui nous cause problème, nous pouvons observer différents signes au niveau du système immunitaire qui témoignent du développement d'une tolérance à cet allergène, en plus de la diminution des signes et symptômes d'allergie occasionnés par l'allergène en question. En d'autres mots, on habitue tranquillement notre corps à tolérer cet allergène.

Il faut toutefois faire attention, car certaines personnes croiront qu'en s'exposant directement à l'allergène (exemple un chat), ils développeront cet état de tolérance. De cette façon le système immunitaire est plutôt exposé très rapidement à des concentrations très élevées d'allergènes et ne peut donc pas s'y habituer graduellement.

Quelle est son efficacité ?

Environ 80-85% des gens recevant un traitement de d'immunothérapie pour les pollens observeront une amélioration de leur condition. L'immunothérapie a aussi une certaine efficacité reconnue pour le traitement des allergies aux acariens, moisissures, animaux et coquerelles.

Toutefois ce type de traitement ne garantit pas la résolution complète des manifestations allergiques, mais peut avoir des impacts positifs sur la qualité de vie chez la plupart des patients recevant ce type de traitement.

L'immunothérapie pour la rhinite allergique peut avoir des bienfaits persistant même après l'arrêt d'un traitement d'une durée adéquate. Il se peut toutefois qu'à long terme les manifestations allergiques resurgissent de nouveau et que nous devions reconsidérer un traitement d'immunothérapie.

 

Et les huiles essentielles dans tout ça?

L'aromathérapie

L’aromathérapie met à notre disposition des huiles essentielles aux propriétés antiallergiques, anti-inflammatoires et calmantes. En les utilisant, on voit aussi parfois au fil des années le terrain allergique régresser.

Les principales huiles essentielles de l'allergie saisonnière sont l'estragon, la camomille romaine, la camomille allemande et le katrifay.

Les protocoles sont à suivre à la lettre sous peine d'obtenir un résultat peu concluant!

Ces huiles essentielles peuvent être administrés soit par voie orale ou sublinguale, en synergie complémentaire décongestionnant et ou en synergie par les muqueuses nasales.

Il y a cependant des contre-indications à respecter, notamment l'utilisation sur les femmes enceintes et chez les enfants.

Vous avez le choix et de possibilités pour mieux vivre vos symptômes, cependant, une consultation chez votre allergologue ou votre aromathérapeute s'impose si vous décidez de commencer un traitement.


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Osteo2ls

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib